FESTIVOUS 2012/ La nuech d’Ilonso

 LA NUECH D’ILONSO

         La nuech tebe cracina de grilhets dins leis erbas autas. Amont, leis estelas m’encapitelan. Ai quitat la susor de la festa, la poussa que levan lei pas dei dansaires, lo perfum de cervesas vuejadas e lei bramadissas au pontin onte quauquei moraires pican sus lo taulier. Dins l’escur de l’escalinada, m’en siau puat devers cap-mont. La figura negra de la glèisa, barris de l’ancian castèu e pièi lo pichin campe sant. Lei morts tamben participan de la festa. Siau segur que se chalan d’aquela musica qu’arriba a boffes dau festin. Rauba capèu mena son trin endemoniat.

         Sota de la luganha, m’avaste au mitan dei rocas blancas fins a l’amirador. Tot en bas, lei lumes de Clans e de Maria. Pièi drech davant, lei lampadaris de Rimplas e au trefons de la Vau de Blora, la Bolina que sei lumes trantalhan coma lei que nos arriban de luenchas galaxias. La mapa dau cèu s’es pausada sus la montanha blanca que nos espincha d’eiçamont. M’asseto subre la peira cauda. Ni fum de fen que seca, nimai de vacas com’autrei temps. Solament la nuech ilonsenca d’erbas secas e bessai de tilhou, arribe pas de devinar ço que s’enaira de la terra dura.

         Lo païs parla a la chut-chut dins l’aurelha d’aqueu que lo vou entendre. La majer part n’es pas conscienta, incapable d’esplicar ço que buta a durbir a brand lei portas dau païs e comuniar a la messa de la lenga. En Ilonso, de monte que venguesson, dins un moment de fragila alquimia, se fondan lo temps d’una esluciada dins aquel paisatge solombros e participan au Cant dau monde. Sofis, son plus qu’un grum de poussa dau grand tot.

Alor, darrier balètis e correntas, au trefons d’un pote de bros o dins l’ultima cant d’un chocaton, just avant que bluieja lo levant, se leva una musica celestiala que trauca, temps en temps, lo siblet d’un pastre que sort sei bestias o lo chot d’un duganel eilamont devers lo pas de Sina. Una campana dinda d’en Tinho. Tot’ara, la lutz escafarà lei peadas que laisseran lei fadas a l’entorn dau païs. La testa plena dau bosin de la festa, bèurem lo cafè amar, estonat qu’un an encara, l’alquimia aguesse foncionat. Mai n’en parlem en degun de paur que nos prenguessan per de jobis. Gardem au cros de noste cor lo secret de la magia d’Ilonso e dins lei marrits moments que la vida nos serva, se pensarem que lèu tornarà la nuech ilonsenca.

                                                        18 d’ost de 2012

La nuit tiède grince de grillons dans les hautes herbes. Ma tête côtoie les étoiles. J’i abandonné la sueur de la fête, la poussière que soulèvent les pas des danseurs, les odeurs de verres renversés et sous les passages couverts, les cris des joueurs de mourra qui frappent sur une table. Dans l’obscurité, j’ai pris les escaliers vers en haut.  La silhouette noire de l’église, rempart de l’ancien château et puis le petit cimetière. Les morts eux aussi participent de la fête. Je suis certain qu’ils prennent plaisir à cette musique qui arrive par bouffées depuis le festin. Rauba-capèu mène son train démoniaque.

         Sous la lumière de la lune, je m’avance au milieu des roches blanches jusqu’au belvédère. Tout en bas, les lumières de Clans et de Marie. Puis droit devant, les lampadaires de Rimplas et au fin fond du Val de Blore, La Bolline dont les lumières tremblotent comme celles qui nous arrivent de lointaines galaxies. La carte du ciel s’est posée sur la montagne blanche qui nous regarde de tout en haut. Je m’assieds sur la pierre chaude. Ni parfum de foin qui sèche ni d’étable comme autrefois. Seule la nuit d’Ilonse aux odeurs d’herbe sèche et peut-être de tilleul, je n’arrive pas à distinguer ce qui s’élève de la terre dure.

         Le pays murmure à l’oreille de celui qui veut l’entendre. La plupart d’entre nous n’en est pas consciente, incapable d’expliquer ce qui pousse à ouvrir en grand les portes du pays pour communier à la messe de la langue. A Ilonse, d’où qu’on vienne, dans un instant de fragile alchimie, on se fond le moment d’une illusion dans ce paysage hautain jusqu’à participer au « Chant du monde ».

         Alors, au-delà des « balèts e correntas », au fin fond d’un pot de brous, dans l’ultime chant d’un ivrogne, juste avant que ne bleuisse le levant, une musique célestielle s’élève que transperce de temps en temps le sifflet d‘un berger qui sort ses bêtes ou le son d’un hibou vers le col e la Sine. Une cloche tinte ans la Tinée. Bientôt, la lumière effacera les traces de pas qu’ont laissés les fées tout autour du pays.  La tête pleine des rumeurs de la fête, nous boirons le café amer, étonnés qu’une année encore, l’alchimie ait fonctionné. Mais n’en parlons à personne ! On nous prendrait pour des fous. Gardons au creux de notre cœur le secret de la magie d’Ilonse. Dans les mauvais moments que la vie nous réserve, nous songerons que bientôt reviendra la nuit ilonsoise.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :